Un summer camp épigraphique

À la fin de l’été 2021 se tiendra dans le petit village de Roda de Isábena, en Aragon, une rencontre internationale consacrée à l’épigraphie médiévale. Elle réunira pendant trois jours une douzaine de jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. En favorisant les présentations longues sous forme de séminaire, elle entend créer les conditions favorables pour l’échange intellectuel. Le contexte et l’appel à participation dans ce billet.

Quand on travaille sur un sujet pour lequel les occasions de discussion sont fréquentes, les collègues et les spécialistes nombreux et la bibliographie abondante, la sensation d’isolement et d’abandon est sans doute plus légère tout au long de la formation doctorale, et au-delà. Et ce même si le confinement a largement nivelé tout cela et a renforcé sans aucun doute la solitude de tous les chercheurs, tout ce qu’elle induit de doutes personnels et d’interrogations scientifiques. La sensation est encore plus forte quand la thématique de recherche est plus « confidentielle » au sein de la médiévistique. C’est le cas de l’épigraphie médiévale, pour laquelle les lieux d’enseignement et de recherche sont très peu nombreux, en France comme en Europe. Les manifestations scientifiques sont rares, et elles accordent en général une place restreinte à la présentation des travaux des jeunes chercheurs, non par snobisme, mais parce que le format du colloque est bien peu propice à des présentations qui laisseraient le champ libre à la discussion et l’expérimentation.

Il fallait donc essayer de trouver une formule différente et créer, pour les travaux en épigraphie médiévale, l’occasion d’une rencontre qui permettent aux jeunes chercheurs de présenter leurs recherches en cours et d’échanger sur toutes les questions historiques et méthodologiques qui traversent leurs sujets. Grâce au soutien indéfectible de très nombreux acteurs locaux, c’est chose faite ! Et c’est un grand plaisir d’annoncer aujourd’hui l’organisation des premières rencontres internationales d’épigraphie médiévale de Roda de Isábena qui se tiendront en Aragon du 15 au 19 septembre 2021. Elles réuniront douze jeunes chercheurs sur le site exceptionnel de Roda pour un séminaire de trois jours ; des présentations longues d’une heure environ : le temps de décrire, d’expliquer, de tenter, de tester, de proposer ; suivie d’une heure d’échanges informels : l’occasion de discuter, d’interroger, de contredire, de nuancer, d’approfondir. Les rencontres n’ont pas de thématique ; elles concernent l’ensemble des sujets relatifs à l’épigraphie médiévale dès lors qu’ils abordent les enjeux historiques, anthropologiques et méthodologique de la culture épigraphique du Moyen Âge. Il s’agit donc de mettre les inscriptions médiévales en perspective avec les autres modalités de la culture écrite et de contribuer ainsi à une meilleure compréhension des raisons et des moyens de l’écriture épigraphique. On a fait le choix, pour cette manifestation, d’exposés sans public pour accorder aux participants toute la liberté dont ils pourraient avoir besoin pour proposer des hypothèses encore à vérifier, pour formaliser des idées à creuser, pour partager leurs doutes et leurs questions.

Grâce à ce format long, lent et bienveillant par principe, les jeunes chercheurs auront la possibilité de former une communauté de réflexion autour de l’épigraphie médiévale. Installée « en résidence » dans le village, elle aura tout le loisir de prendre le temps de la discussion. Le choix de Roda de Isábena n’est pas un hasard. Le cloître de l’ancienne cathédrale Saint-Vincent abrite, au sommet de la colline, la plus importante collection épigraphique d’Europe occidentale, avec plus de 230 inscriptions funéraires datant des XIIe-XIVe siècle. Un lieu idoine pour une immersion dans le matériau épigraphique ; de quoi inspirer de fructueuses conversations et bien des débats.

L’appel à contribution pour les Rencontres internationales d’épigraphie médiévale de Roda de Isábena s’ouvre donc aujourd’hui, lundi 19 octobre 2020, et se refermera le 1er février 2021. C’est long, 100 jours pour postuler, me direz-vous ? Certes, mais si cette manifestation veut prendre son temps, il convient de jouer la cohérence et accorder aux candidats le même confort, pour une fois qu’on peut se le permettre. On trouvera ci-dessous le contenu de l’appel à contribution ainsi que les documents téléchargeables en français, en espagnol et en anglais. Ils détaillent les conditions d’accès et les informations pratiques concernant la manifestation. Sur De Visu, on postera régulièrement les avancées du projet.

Appel à contribution

Les rencontres internationales d’épigraphie médiévale organisées du 15 au 19 septembre 2021 à Roda de Isábena (Aragon, Espagne) lancent un appel à propositions destiné aux jeunes chercheurs travaillant sur les inscriptions du Moyen Âge. Les candidats retenus sont invités à présenter leur sujet de recherche dans le cadre d’un séminaire international de trois jours destiné à favoriser le dialogue et l’échange des idées dans le domaine de l’épigraphie médiévale.

Avec l’organisation de cette première édition des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale en 2021, il s’agit de créer l’occasion pour les jeunes chercheurs de présenter leurs travaux, et d’échanger autour de leur problématique et des questions méthodologiques liées à l’analyse des sources épigraphiques. Pour garantir cet espace de discussion, le format retenu pour ces rencontres s’éloigne de celui du colloque, peu propice aux échanges et aux débats constructifs. Les Rencontres réuniront donc une communauté de douze jeunes chercheurs, accompagnés de quatre experts internationaux de la culture écrite médiévale, pour un séminaire de trois jours, selon un format étendu (une heure de présentation suivie d’une heure d’échange). Seul le résumé des travaux est publié en ligne pour assurer la diffusion des recherches. L’attention des participants et des organisateurs pourra ainsi se concentrer sur le débat intellectuel, la confrontation des expériences, le partage des méthodes et l’approfondissement des questions historiques nées de l’analyse des inscriptions. Cet appel à propositions s’adresse à tous les jeunes chercheurs (masters, doctorants, post-doctorants, ECR ayant soutenu leur thèse après 2014) engagés dans une recherche sur les inscriptions médiévales quelle que soit la thématique ou l’approche (paléographie, technique, linguistique, analyse des textes, prosopographie, iconographie, liturgie, littérature, archéologie, etc.). Pour produire les conditions du débat et pour contribuer à une meilleure connaissance de la culture écrite du Moyen Âge, on s’attachera aux questions méthodologiques et à la dimension anthropologique des recherches en épigraphie médiévale.

Pour participer aux Rencontres internationales d’épigraphie médiévale, les candidats doivent soumettre (en anglais, en français ou en espagnol) avant le 15 janvier 2021 une lettre de motivation décrivant brièvement leurs recherches en cours, un curriculum vitae (une page maximum) et un projet de présentation pour le séminaire (500 mots maximum). Les dossiers seront examinés par le Comité scientifique des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale et les candidats seront informés des résultats avant le 1er février 2021.

L’organisation des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale prend en charge les frais de déplacements des candidats (à hauteur de 250 euros), l’hébergement sur place, les repas et les trajets entre les sites. Les candidats retenus s’engagent à participer activement aux débats et aux échanges sur place, et à fournir en amont de la rencontre un résumé étendu de leur intervention. Le séminaire fera l’objet d’un enregistrement vidéo. Les séances se tiendront en anglais.

Cette manifestation est organisée dans le cadre du projet SCRIPTA-PSL « Programmes épigraphiques et réseaux d’inscriptions » porté par l’École des hautes études en sciences sociales (CRH-AHLoMA, Paris), avec la participation et le soutien de la Direction générale du patrimoine en Aragon, de la Délégation provinciale de Huesca, de l’arrondissement de Ribagorza, de la commune de Roda de Isábena, de l’Évêché de Barbastro-Monzón, de la Real Academia de Nobles y Bellas Artes de San Luis, du groupe de recherche TEMPLA, et de l’association culturelle « Amigos de la catedral de Roda ».