Pourquoi Roda ?

Dans le cadre de la préparation des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale de Roda de Isábena, quelques collègues spécialistes de la culture écrite médiévale ont accepté de préparer de courtes vidéos de présentation du site et de la manifestation. De quoi s’aventurer par écran dans le cloître de la cathédrale et de réduire les distances que nous impose la situation sanitaire. Coup d’envoi de cette série avec le témoignage éclairé d’Estelle Ingrand-Varenne, chargée de recherche au CNRS et éditrice du Corpus des inscriptions de la France médiévale.

Quand on parle du patrimoine épigraphique dans le cloître de Roda de Isábena, ce sont d’abord les chiffres qui impressionnent. 230 inscriptions funéraires dans le même espace d’écriture, c’est une collection sans comparaison en Europe ; 2500 signes gravés dans la pierre. Les premiers pas sur le site sont ralentis constamment par la découverte des inscriptions. Il faut lever les yeux, revenir en arrière, se pencher pour lire les textes. Un deuxième tour des galeries sera nécessaire pour ressentir l’effet d’ensemble – marcher dans l’écriture, par-courir un texte monumental, à l’échelle des corps en mouvement dans l’espace du cloître. Passées ces premières impressions, ce sont les questions de méthode qui s’imposent. Comment gérer une telle documentation dans le cadre d’une étude épigraphique ? Comment décrire l’accumulation des inscriptions et les penser dans la vie du site ? Le vertige épigraphique… Avant de se lancer dans tous ces questionnements, Estelle Ingrand-Varenne nous guide dans le cloître de Roda de Isábena pour une première visite vidéo du site.

Les vidéos des Rencontres internationales d’épigraphie médiévale sont hébergées sur la plateforme Canal-U du projet « Programmes épigraphiques et réseaux d’inscriptions ». Un grand merci à Bénédicte Barillé et à la Direction de l’image et du son à l’EHESS pour leur efficacité.

Retour aux sources

Le jeudi 29 octobre dernier s’est tenue la séance conclusive du programme « Afficher le droit au Moyen Âge – les chartes lapidaires en perspectives ». Quatrième temps d’une enquête mouvementée par les circonstances sur cette catégorie elle aussi mouvante d’inscriptions en lien avec la pratique du droit et de la norme. L’occasion de dresser un bilan des avancées de cette réflexion collective et d’ouvrir le champ à de nouvelles explorations.

Après plusieurs reports et de nombreuses annulations, mieux valait jouer la sécurité pour la tenue de ce dernier séminaire. Quelques heures seulement après l’annonce du nouveau confinement et de la mise sous cloche imminente des universités, c’est en ligne que ce sont réunis tous les participants ou presque du programme « Afficher le droit au Moyen Âge », connectés depuis la Belgique, le Portugal, Israël, l’Allemagne, l’Italie et la France. Un dernier tour de piste pour dresser un bilan du travail collectif mené depuis septembre 2019 sur la question des chartes lapidaires ; l’occasion de partager une dernière étude de cas avec le travail d’Arianna Nastasi, et de conclure les travaux grâce aux réflexions de Laurent Morelle. Un temps d’échange donc, pour refermer le dossier sans évidemment boucler la question sur le plan épigraphique, historique et intellectuel de façon générale. Il reste encore bien du travail à faire, et cette dernière séance a davantage consisté à lister les travaux encore à mener qu’à dresser l’inventaire des certitudes acquises au cours des quatre séances de séminaire.

Rappelons quelle était notre question de départ : qu’est-ce qu’une charte lapidaire ? Simple en apparence, elle invitait à repartir de l’historiographie qui a forgé depuis le XIXe siècle l’expression « charte lapidaire », et de la documentation qui témoigne d’une immense diversité des relations entre l’écriture épigraphique et la pratique du droit au Moyen Âge. Avec les deux exemples paradigmatiques présentés dès la première séance – la charte lapidaire de Grégoire XI au Latran (1372) et la charte lapidaire de Crest (1188), la solennité, la longueur, la présence graphique – la forme du document épigraphique – ont consacré ce qui pouvait inconsciemment et rapidement renvoyer à la notion de charte lapidaire : une inscription de grande dimension, soignée dans son apparence générale et dans sa graphie, présentant un texte à caractère juridique pour garantir son exposition et sa diffusion. Grâce aux différentes communications entendues au cours de cette année, notre interrogation a très largement dépassé cette documentation rassemblée « par inertie », et il est devenu évident qu’il fallait s’attacher à toutes les inscriptions qui, d’une façon ou d’une autre, présentent un lien avec l’exercice du droit, ou bien dans la localisation du texte, ou bien dans la forme de l’objet épigraphique, ou bien dans le contenu du message de l’inscription, et ce sans présumer d’un quelconque lien explicite ou matériel avec un document juridique sur parchemin ou autre support souple de l’écriture manuscrite. Une documentation épigraphique considérable donc, avec une diversité infinie ou presque des formes et des contenus. Faut-il ainsi considérer que la magnifique inscription de Prüfening, parce qu’elle fait référence à la consécration d’une église et à la dédicace d’un autel, relève de la catégorie des inscriptions juridiques, comme l’affirmeraient nos collègues épigraphistes espagnols ? Si les débats ne permettent pas de trancher cette question (le peut-elle seulement d’ailleurs ?), ils ont permis en revanche de revenir sur des interrogations peut-être plus intéressantes quant à la nature et la fonction de l’inscription médiévale.

En préambule de cette dernière séance, trois questions pour avancer sur la question des chartes lapidaires semblent encore à préciser : 1) Qu’entend-on par « affichage » ou « exposition » de l’écriture épigraphique ? 2) Comment décrire la relation entre le droit et le document ? 3) Comment penser les intentions et les effets de la charte lapidaire ? Ces questions possèdent, pour le domaine des études sur la culture écrite du Moyen Âge, des implications anthropologiques qui dépassent de beaucoup le corpus restreint des « chartes lapidaires » présenté à titre d’orientation documentaire dans les premières séances. Et, au terme de ce programme, il faut constater que ce dépassement est l’un des grands mérites de la réflexion qui invite à reposer les questions épigraphiques avec plus de précision (celle de la fonction notamment, mais aussi celle de l’exposition). Le travail collectif sur les chartes lapidaires constitue un formidable moteur pour l’approfondissement d’un certain nombre de définitions épigraphiques. Il montre que la synergie des sciences auxiliaires est non seulement profitable mais nécessaire, en tout cas pour les plus fragiles d’entre elles sur le plan conceptuel, comme c’est le cas de l’épigraphie médiévale. On peut donc espérer qu’on s’attachera désormais avec moins de légèreté à ces questions de nature, de fonction, de définition dans l’édition des inscriptions ou dans leur utilisation dans le cadre de discours historiques. Cela permettra par exemple de revenir avec plus de nuance sur la fonction commémorative attribuée sans discussion aux inscriptions funéraires qui, à partir du XIIIe siècle, font mention de donations ou de fondations de chapelles, en renvoyant parfois à un testament cité dans le texte épigraphique.

Dans les notes prises au cours des séances, et à la relecture des comptes rendus publiés au fil des séminaires, deux phénomènes méritent d’être relevés parmi ces questions épigraphiques à approfondir. Le premier concerne la notion de processus ; ce phénomène dynamique qui se produit entre ce que contient la charte lapidaire (en termes de décisions, de normes, de droits, de restrictions) et la réalisation de l’objet épigraphique. Il faudrait revenir sur la notion de chaîne d’écriture, avec des documents sources, des documents intermédiaires et des documents postérieurs éventuellement. Une séquence d’écriture dans laquelle l’inscription est l’une des phases ou l’un des états de la norme ou de la loi qui a déclenché le processus graphique. Face à une impression extrêmement statique de l’épigraphie – lapidaire, monumentale, lourde, stable, inamovible – se trouve une conception tout à fait mobile et évolutive de l’inscription. Par conséquent, il conviendra d’étudier si cette pensée en mouvement affecte le contenu légal ou juridique du contenu, avec des phénomènes de réseaux d’écriture, de références et de renvois, de mémoire et de citation. L’épigraphie médiévale aurait ainsi tout intérêt à envisager les processus d’écriture dans leur instabilité (notamment les actions de copie, de transfert, de traduction, de décalque) tout autant que les produits graphiques, en apparence figés dans un état inaltérable du matériau. Le séminaire d’Estelle Ingrand-Varenne poursuit cette année l’exploration de la notion d’éphémère le cadre de l’écriture épigraphique. Le second aspect sur lequel il conviendra de s’attarder est celui du rapport du texte épigraphique au temps de façon générale, et précisément quand il contient un élément marqué dans le temps et par le temps (on verra les travaux en cours de Morgane Uberti sur ce sujet passionnant). Il se pose en particulier quand on postule, au moins à titre d’hypothèse, un effet juridique ou légale « à compter » de la publication de l’inscription. Que produit cet affichage pensé dans le temps sur la validité ou l’efficacité du droit ? L’inscription médiévale est une écriture exposée, mais elle est aussi une écriture située, pour reprendre la belle expression de Béatrice Fraenkel : située dans l’espace, située dans le temps, située dans le processus d’écriture. En articulant une certaine idée du droit au Moyen Âge, le geste permettant sa fixation dans un objet et les matériaux engagés dans cette entreprise de monumentalisation de l’écriture, le programme « Afficher le droit au Moyen Âge » a finalement ouvert la fenêtre sur une compréhension large et profonde de ce qu’est la culture écrite médiévale, indépendamment des spécificités documentaires ou disciplinaires.

Pour illustrer et approfondir un certain nombre de ces questions, Arianna Nastasi propose, dans la deuxième partie de la séance, un très bel exposé consacré aux chartes lapidaires de Rome et du Latium entre le VIe et le XIIe siècle. Dossier gigantesque ! Elle commence par rappeler la tradition historiographique italienne du traitement des chartes lapidaires (des premières définitions proposées par Cesare Paoli en 1893 aux travaux récents de Cristina Carbonetti en 2009) qui se concentre elle aussi sur la valeur « juridique » éventuelle du document épigraphique. Pour son travail sur Rome, Arianna Nastasi adopte une posture englobante et prend en compte les inscriptions dès lors qu’elles possèdent un lieu formel ou textuel avec des documents diplomatiques, et dès lors qu’elles en sont la versione massimata (pour reprendre les termes employés par Cristina Carbonetti). Le format du support et l’agrandissement du document hypothétique sont deux indices quant au fait que l’inscription cherche à rappeler dans sa forme, à citer dans son aspect, ce document source sans qu’il faille pour autant en déduire que la validité de l’acte original passe dans la charte lapidaire à la faveur de cette monumentalisation. En s’arrêtant sur les inscriptions de la cathédrale d’Anagni, Arianna Nastasi avance le concept novateur de charte lapidaire « diffusa », soit le fait de répartir dans l’édifice du contenu juridique en différents lieux et sur différents supports pour marquer l’espace de l’église soumis au droit tel qu’il est mentionné d’une inscription à l’autre. Voilà qui permet de revenir sur le dossier de San Salvador de Fuentes, évoqué lors de la première séance, et de penser plus subtilement sans doute ce qui fait « texte » dans le cas de la diffusion d’un contenu à l’échelle d’un monument. Dans la discussion qui suit la présentation d’Arianna Nastasi, on revient largement sur cette question spatiale qui prend une importance particulière dans le corpus romain, dans la mesure où nombre de ces chartes lapidaires sont en lien avec la territorialisation du pouvoir et de l’influence papale, et qu’elles contribuent par l’écriture exposée à la mise en scène de ce contrôle. Une « écriture située » de nouveau.

Laurent Morelle, pour ouvrir ses conclusions très complètes, revient lui aussi sur la rencontre entre la norme et l’écriture exposée. Question centrale du programme « Afficher le droit au Moyen Âge », elle représentait un défi heuristique et herméneutique. Le fil conducteur des travaux peut se formuler ainsi : que signifie le moment épigraphique dans la chaîne documentaire ? Que signifie le passage du document à l’inscription affichée ? Rouvrir le dossier des chartes lapidaires, c’était s’interroger sur l’effet de l’affichage sur la production de la norme. Laurent Morelle signale ainsi que, dans le monde de l’épigraphie, l’inscription ne semble pas produire ipso facto de la norme, et c’est dans l’analyse de chacun des objets épigraphiques que l’on peut éventuellement déceler le sens de l’affichage et l’effet de l’exposition – importance du contexte, unicité des gestes d’écriture. De fait, des convergences et des similitudes existent dans le traitement matériel de l’écriture par la charte et par l’inscription. Les phénomènes d’auto-désignation, que l’on pose très souvent comme une caractéristique épigraphique, se retrouvent dans le monde diplomatique – la charte se raconte aussi. De même, la ritualisation des objets diplomatiques (par le geste ou l’association d’une matière) se retrouve dans certains objets épigraphiques. Dans tous les cas, les inscriptions s’entendent dans un hic et nunc comme une trace de la norme, et c’est en cela qu’elles affichent éventuellement le droit. Autre point commun entre épigraphie et diplomatique, l’actualisation de la voix du législateur ; si inscriptions et chartes se retrouvent sur ce point « sonore », il est difficile de systématiser l’effet d’une revalidation de l’acte original. Laurent Morelle invite sur ce point à la prudence et à ne pas ériger les catégories épigraphiques en absolus de la publicité. La charte sort elle aussi de son archive pour agir sur le monde; elle est « exposable et cette permanence du document constitue l’actualité de la perpétuité. Le choix du support n’affecte pas nécessairement les pratiques scripturaires et leurs effets ; la notion d’emprunt ne perd rien de son importance, mais elle devient l’indice d’une perméabilité des formes. La circulation, les similitudes, les reprises fonctionnent dans la charte comme dans l’inscription pour se placer face au récepteur dans une posture de crédibilité. C’est la raison pour laquelle il convient toujours de s’interroger sur le statut de ce qui est affiché : copie, adaptation, légende, dédoublement… Il reste donc plusieurs dossiers à prolonger dans cette enquête. Laurent Morelle en relève trois pour commencer : 1) la réception de l’écrit exposé ; 2) la fonction des inscriptions, entre information, commémoration et performance ; 3) la monumentalisation de l’écrit, entre dignité et solennité. Pour interroger efficacement les objets épigraphiques sur ces trois aspects, il faut travailler par élargissement du champ et de l’enquête et par resserrement sur des objets concrets, localisés avec précision, contextualisés avec attention.

Pour la dernière fois, cette séance de travail sur les chartes lapidaires au Moyen Âge a montré la nécessité d’un retour aux sources et d’un travail hyper-disciplinaire dès lors qu’il est fait dans l’échange et dans la prise en compte des questions qui traversent la médiévistique. Il ne reste plus qu’à remercier tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont participé à cette aventure « chartes lapidaires » pour leur implication, leur intérêt, leur flexibilité et leur patience. Au sein de l’IRIS SCRIPTA, des remerciements particuliers à Fanny Chassain-Pichon pour son aide précieuse ; au Centre de recherches historiques à l’EHESS, toute ma gratitude à Nadja Vuckovic.

Le programme « Afficher le droit au Moyen Âge – les chartes lapidaires en perspective » a reçu le soutien de l’IRIS SCRIPTA dans le cadre de l’AAP #2 de novembre 2018.